Bilan et remerciements

J’arrive doucement à la fin de mon périple ici aux États-Unis. Je préviens à l’avance il y aura beaucoup d’émotions dans ce post qui sera le bilan à chaud de cette magnifique aventure. Je vais y glisser mes photos préférées prises sur le sentier, même s’il y en a tellement qu’il faudra faire des choix.

IMG_20180524_124229
Tout d’abord je veux vous remercier, vous, lecteurs qui avez donné vie à mes mots en les lisant depuis la fin du mois de mai. Plus de 900 visiteurs en juillet, autant en août, plus de 3500 vues pour chacun de ces mois. C’est tout simplement énorme ! Mille mercis pour cela.

IMG_20180528_084940

J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire, même si après les longues journées de quasiment 50 kilomètres je n’avais qu’une envie c’était de me glisser dans mon sac de couchage et fermer les yeux. Les récits journaliers ne sont du coup certainement pas tous de la même qualité et je m’excuse pour ceux qui sont bâclés. Je n’avais que mon téléphone pour écrire et mettre tout cela en place, j’ai essayé de le faire le mieux possible. Je n’ai pas toujours répondu aux commentaires, mais je les ai tous lus et ça me faisait du bien dans les moments plus compliqués, merci, merci et merci ! (En particulier ma grand-mère, première supportrice).

PANO_20180530_180923
J’espère vous avoir fait voyager un petit peu à travers mes mots ou mes photos.

Merci à mes deux petits frères pour le soutien depuis le début de ce projet, la aussi ça fait un bien fou !

Merci à mes parents, même si on n’arrive pas toujours à se comprendre, c’est grâce à eux que je suis (là) et que je peux vivre ça, ils sont également une source de motivation et de fierté, d’un côté une mère qui se bat depuis plus de 20 ans contre la maladie sans rien lâcher, de l’autre un père qui fait preuve d’une abnégation au travail que je n’arriverai jamais à atteindre (et accessoirement qui claque moins de 3h50 sur son premier marathon à 57 ans). C’est aussi à eux que je dois mon amour pour la nature, mon goût pour l’aventure et ma curiosité à aller vers les autres. Merci merci. Je ne le dis jamais assez (ou jamais tout court) et c’est plus facile à écrire du coup j’en profite, je vous aime.

IMG_20180804_175148

Merci à Vincent (qui m’entraîne à courir depuis des années maintenant). Je ne sais pas si tu me lis, mais aujourd’hui je connais beaucoup mieux mon corps et mes limites (même si j’essaie toujours de les repousser) et grâce à de précieux conseils et des plans sur mesure, je suis en forme, très rarement blessé et j’ai pu me faire plaisir en me poussant à fond sur ces 80 jours de marche (86 jours en tout mais 6 jours de repos).

Merci à tous mes amis et connaissances sur Facebook ou instagram qui m’ont soutenu dès que j’ai parlé de ce projet (ils et elles se reconnaîtront), sans critiquer ou me poser mille questions, juste me dire d’y aller et de réaliser ce rêve. Merci merci !

Merci enfin aux membres du forum hardware.fr, André en tête, les anciens pctistes, pour leurs précieux conseils. La réussite d’une randonnée si longue est liée à la préparation et je pense que j’étais sur la bonne voie en les écoutant.

IMG_20180609_075922
Enfin le plus important à mes yeux, merci à Aurélie, qui partage ma vie, de m’avoir laissé réaliser ce rêve “égoïste”. Non seulement de m’avoir laissé partir, mais également de m’avoir soutenu, quand j’avais envie d’abandonner après deux ou trois semaines et que j’appelais les larmes aux yeux. J’avais avec moi une photo de nous trois (Louane, Aurélie et moi), un magnifique dessin de Louane et des petits mots à ouvrir au fur et à mesure de l’aventure. Du coup, même quand c’était dur, jamais je ne me suis senti seul. Merci merci !

Dans l’ensemble cette aventure m’a apporté mille et une questions et peu de réponses, mais il y en a toutefois une dont je suis certain, c’est de vouloir continuer ma vie avec vous deux.

IMG_20180614_100621
Je les ai déjà remerciés dans mes récits journaliers, mais à tous les gens qui par de petites attentions ont veillé sur moi (les trails magic, les gens qui m’ont pris en stop, la solidarité entre randonneurs, etc.) sur le sentier, merci !

Dernier remerciement, aux aventuriers dont je dévore les aventures depuis des années, Sylvain Tesson, Alexandre et Sonia Poussin, Christophe Cousin, Sarah Marquis (à qui j’emprunte le double merci, je le trouve fort et juste), Cheryl Strayed, Jon Krakauer et bien d’autres encore. Je ne me compare certainement pas à eux, mais si je me suis lancé la dedans c’est parce qu’ils m’ont fait rêver et fait comprendre que c’était possible, il suffisait de faire le premier pas, le plus difficile (je suis persuadé qu’on se met nos propres barrières).

Moi qui aime tant lire, je n’avais qu’un livre avec moi, question de poids. Hasard ou pas, il s’appelle “le chemin parcouru” d’Ishmael Beah (c’est nettement moins drôle que le chemin du PCT puisque c’est l’histoire d’un enfant soldat).

IMG_20180619_164931
Le chemin parcouru, il est finalement d’environ 3200 kilomètres. En 80 jours ça fait une moyenne de 40 kilomètres par jour !  Il y a eux des journées à 48, à 56 et même une à 85 kilomètres lors du 24h challenge, mais également des journées plus petites pour récupérer ou aller ravitailler en ville en dehors du sentier.

Je m’arrête après 2226 miles sur un sentier qui en compte 2650, soit 85% du chemin parcouru. Il m’a manqué deux semaines pour aller au bout. Mais la destination n’a jamais été importante pour moi, je savais avant de venir que c’était impossible de finir dans le cadre de mon visa. L’important c’était de prendre du plaisir sur le sentier pendant le temps qui m’était imparti.

IMG_20180626_121123
Mission réussie je pense que ça s’est senti à travers mes comptes rendus, j’ai pris un bonheur dingue dans cette aventure. Chaque jour j’avais l’impression de pouvoir me gaver d’un énorme gâteau de bonheur et de me re-servir indéfiniment sans jamais être rassasié. Sur instagram j’ai comparé la ligne du chemin avec une ligne de cocaïne. J’avoue ne jamais en avoir consommé donc je ne connais pas son effet, mais je sais que je suis addict au sentier. A chaque jour de repos et à chaque pause en ville je pensais à repartir et cela même si je souffrais parfois à manger des miles. Aujourd’hui après un jour d’arrêt il me manque déjà, il y avait encore tant à voir dans Washington. Mais il y a tant à voir partout !

IMG_20180630_074951
Lors d’un break à Agua Dulce, dans le sud de la Californie, on buvait des bières avec d’autres randonneurs et chacun a levé son verre en portant un toast dans sa langue maternelle. Je ne savais pas quoi dire alors j’ai posé la question suivante : “L’aventure d’une vie ou une vie d’aventures ?”.
Aujourd’hui j’ai ma réponse, je veux une vie d’aventures et celles à venir sont toutes aussi belles que celle que je viens de vivre. A savoir la recherche d’un nouveau boulot, la poursuite de l’investissement dans la vie à trois et la poursuite du sport bien entendu.

IMG-20180803-WA0026

Ces trois derniers mois étaient finalement simples, le sentier était tout tracé, je n’avais qu’à suivre. Le challenge ça commence maintenant avec les choix qui s’ouvrent à moi !

IMG-20180803-WA0011
Merci du fond du cœur pour vos nombreux passage sur ce blog.

Antoine aka Green Devil

Ps: Ce post est trop long déjà mais merci aussi à Robert (Coyote) et Carsten (Rally), mes deux plus belles rencontres sur le chemin. Je dois mon trail name au premier et mon plus beau souvenir au deuxième (24h challenge). Je n’ai pas parlé non plus de la richesse des paysages, des rencontres avec les animaux, des nuits sous les étoiles, mais si je le fais, ça va donner un livre ! Sans oublier le semi-marathon ou le pancake challenge..

Ps2: Un conseil, sortez des sentiers battus de la vie, vous ne serez pas déçu !

IMG_20180805_180309

Day 86 : mile 2217 to mile 2226

Dernier réveil sur le PCT. Étrangement j’arrive à me lever tôt et je démarre à 7h ! J’ai envie d’en découdre avec cette dernière (petite) journée et pouvoir dire à mes jambes qu’elles vont pouvoir se reposer.

IMG_20180816_072103
Comme lors des trois derniers jours, le sentier est entièrement en forêt et je ne m’en lasse toujours pas.

IMG_20180816_074222

Ça slalom entre les arbres à coup de lacets, Washington est définitivement plus escarpé que l’Oregon.

IMG_20180816_085229
J’avale les 9 miles qui séparaient mon campement de la route en moins de trois heures !

IMG_20180816_075922
C’est une petite route perdue dans l’immensité de la forêt et il y a peu de trafic. Arrivé à l’embranchement à dix heures, je dois attendre 45 minutes avant de trouver une voiture pour m’emmener en ville.

Si j’avais du imaginer une fin de rêve pour mon PCT, je n’aurais pu imaginer mieux que ce qu’il s’est passé. C’est un pick-up qui s’arrête, il y a deux personnes à l’avant ce qui m’oblige à sauter dans la benne avec mon sac.

IMG_20180816_104720
Les cheveux (et la barbe) dans le vent, le paysage défile sous mes yeux pétillants d’enfant content (et émus) par la fin de cette aventure. Sentiment incroyable de vitesse après des mois à me déplacer à moins de 6km/h je ferme plusieurs fois les yeux pour profiter de ce moment magique.

Trente minutes plus tard on arrive à Trout Lake, qui n’est pas vraiment une ville ou un village mais une communauté comme ils s’appellent eux mêmes. Il y a une petite station d’essence, un café restaurant et un magasin, qui fait office d’épicerie, de laverie, de poste office et d’hôtel ! Ils disposent de trois chambres à l’arrière de la boutique et pour 25 $ la nuit je m’en offre une pour ce soir, prix imbattable !

En fin de journée le groupe de quatre randonneurs avec la belge Line arrivent également sur place et nous allons manger tous ensemble dans l’unique café restaurant du coin. Pour moi la journée est particulièrement chargée en émotions, c’est ma dernière sur le chemin. L’aboutissement de quasiment trois mois de marche. J’ai du mal à réaliser, pour le moment c’est surtout mon corps qui est content d’avoir des jours de repos devant lui.

IMG-20180816-WA0013

Il me reste maintenant trois jours pour rejoindre Seattle, d’où décolle mon avion de retour lundi matin.

Day 85 : mile 2190 to mile 2217

Hier nous étions finalement une dizaine de tentes à proximité de la source ! Il y a beaucoup de monde sur le sentier pour le moment, mais essentiellement des gens qui vont vers le sud. Soit ils font tout le PCT, soit juste une section. Enfin il y a aussi des randonneurs qui vont vers le Canada comme moi, mais qui font un flip flop (randonner une partie dans l’autre sens) afin d’arriver à Cascade Locks ce week-end pour les PCT day’s. Sorte de festival consacré à cette randonnée.

Je me lève à 6h45 et les premiers sont déjà partis mais il reste encore quatre occupants endormis dans leur tente.
A 7h30 je suis en route pour ma dernière grosse journée (je n’avais que 90 jours autorisés par mon visa et on y arrive doucement).

IMG_20180815_083641
Après une heure de marche, j’arrive à proximité d’une petite source équipée d’un tuyau, l’eau y sort fraîche, c’est un délice ! Je l’ai déjà dit mais je ne filtre quasiment plus jamais l’eau que je bois, me ravitaillant essentiellement à des sources ou à de petits torrents. Si je n’ai pas le choix et que je dois prendre dans un lac, alors c’est filtre et/ou pastille purificatrice, idem dans les plus grosses rivières.

IMG_20180815_102435

La journée se déroule encore majoritairement en forêt, avec toutefois de nombreux lacs en chemin pour agrémenter la vue.

IMG_20180815_130432

A 14h je rejoins le groupe de quatre personnes qui étaient avec moi ce matin au campement. Pour eux la journée s’achève là après 15 miles. Pour moi il me reste 10 miles de plus minimum. La différence de rythme entre des “section Hikers” et des randonneurs comme moi est énorme, pratiquement du simple au double.

Il faut dire que mon corps est habitué à marcher depuis près de trois mois. Le premier jour j’ai marché 20 miles avant de m’effondrer de fatigue. Aujourd’hui alors que je suis épuisé par plus de 80 jours de marche, je peux quand même en marcher 26/27 sans problème.

IMG_20180815_104919
Normalement j’aurais dû avoir des vues sur le mont Saint Hélène aujourd’hui mais il y a trop de fumée dans l’air et on ne voit rien du tout. Il y a plusieurs incendies dans le coin, et je passe encore par des zones fraîchement calcinée.

IMG_20180815_132437
En fin de journée je trouve un emplacement parfait à proximité d’un cours d’eau. J’y arrive relativement tôt par rapport aux autres jours, à 19h je suis installé ! Dernière nuit sur le sentier avant de le quitter demain, après les 9 derniers miles qui me séparent d’une route où je peux faire du stop.

Day 84 : mile 2164 to mile 2190

Malgré une nuit plus courte avec l’arrivée tardive hier, je suis quand même sur le chemin à 7h30. Je suis toujours autant courbaturé, c’est difficile de marcher autrement que comme un pantin désarticulé.

IMG_20180814_100650
L’essentiel de la journée va de nouveau se faire dans les bois. Pas de points de vue, mais les forêts de Washington sont magnifiques !

IMG_20180814_114156

En fin de matinée j’arrive à proximité d’une route aux abords de laquelle je trouve une glacière avec des bières fraîches ! Un Trail magic qui fait du bien au moral. Un peu plus loin, une deuxième route, et un deuxième Trail magic ! Des pommes cette fois, un régal.

IMG_20180814_140212
J’arrive vers 14h à une importante rivière que le sentier traverse sur un pont. Plusieurs randonneurs remplissent leurs bouteilles, la prochaine source est à 17km et surtout 1000m plus haut !

IMG_20180814_140222

J’apprends toutefois par des randonneurs qui viennent du Nord qu’il y a une cache d’eau à 5 miles d’où je suis, au milieu de la montée. Ça fait plaisir, je vais pouvoir grimper plus léger que prévu ! De nouveau dans la forêt, ça peut paraître monotone, mais c’est tellement beau que je ne m’en lasse pas !

IMG_20180814_144359
Je termine ma journée à 19h à proximité d’une source d’eau froide et claire, du bonheur ! On est plusieurs sur le campement, notamment des hikers qui ne font qu’une petite section du PCT, deux australiens, une américaine et une belge !

Je discute avec eux quatre ainsi qu’avec Fish, un américain qui fait le sentier du Nord vers le Sud. Enfin le sentier lui sert de colonne vertébrale, son projet est surtout de grimper un maximum de sommets à proximité du PCT (il randonne avec un énorme piolet accroché à son sac). Comme quoi il y’a mille façons différentes de vivre et faire son PCT, comme de vivre sa vie en fait (Haha je n’en rajoute pas cette fois promis).

Day 83 : mile 2144 to mile 2164

Ce matin je me lève tôt comme quand je randonne, mais je prends mon temps pour ranger mes affaires et démonter ma tente. A 8h je quitte le camping et vais au supermarché pour y acheter mon petit déjeuner. Je vais ensuite m’installer à l’arrière d’un restaurant où l’on peut recharger nos téléphones et autres batteries portables tout en profitant du Wi-Fi.

IMG_20180813_111249

A 11h je me dirige enfin vers le Bridge of Gods, qui marque la suite du sentier. C’était déjà impressionnant de le traverser hier en courant, mais ça l’est encore plus à pied ! On voit l’eau en contrebas et il ne vaut mieux pas avoir le vertige. Par contre il n’y a rien de prévu pour les piétons, il faut donc faire face au trafic et ce n’est pas marrant, surtout que des camions empruntent également le pont.

Une fois le fleuve traversé, je fais mes premiers pas dans l’état de Washington !

IMG_20180813_115052
Contrairement à l’Oregon, celui ci sera plus vallonné, mais avec toujours autant de forêts.

IMG_20180813_153951
La journée se passe d’ailleurs essentiellement dans les bois avec ici et là quelques points de vue.

IMG_20180813_164516
J’ai beaucoup de mal à avancer tant j’ai des courbatures partout dans les jambes suite au semi-marathon. Les montées font mal aux mollets et les descentes aux cuisses.

A 15h30 je n’ai parcouru que 9 miles. Je fais un break à côté d’une petite rivière, la prochaine source est à 11 miles de là. J’hésite à prendre assez d’eau pour la nuit, mais finalement j’espère parcourir cette distance avant de planter ma tente donc je ne prends que deux litres avec moi.

IMG_20180813_202257_HHT

J’arrive finalement à destination vers 20h45, il fait quasiment nuit et je dois sortir ma lampe frontale pour monter ma tente.

Day 80, 81 et 82 : repos et… semi-marathon !

Nuit à l’hôtel, je dors plus longtemps ce matin d’autant plus que je peux rester dans la chambre jusqu’à midi.

Je suis donc à Cascade Locks, petite ville située le long du fleuve Columbia. La ville est célèbre pour son pont, le Bridge of the Gods.

IMG_20180811_193318

Son nom provient d’une légende indienne, les dieux auraient permis le passage d’une rive à l’autre il y a plusieurs millénaires. Il se trouve que geologiquement, un important glissement de terrain a eu lieu il y a 6000 ans, permettant le passage d’un côté à l’autre, ce qui concorde avec la légende.

IMG_20180811_193602
Ce pont est aussi le seul, entre la ville de Portland à l’estuaire de la rivière et Hood River, ville située en amont.

IMG_20180811_194022

Enfin le fleuve marque la frontière entre les états de l’Oregon et de Washington. J’ai donc traversé la Californie et l’Oregon !

IMG-20180810-WA0017
Le programme de ma journée est clair, ne rien faire, si ce n’est manger !
A midi un bon hamburger d’abord et le soir une pizza, accompagné par Yuri (l’israelien) et Jean Yves, le français de Chambéry, qui sont arrivés aujourd’hui dans l’après-midi. Au restaurant on me demande ma carte d’identité lorsque je commande une bière sous prétexte que la barbe des randonneurs vieilli ! Pas de chance pour moi je l’ai laissée dans ma tente au camping à plusieurs centaines de mètres de là, ça sera donc un soda.

IMG_20180810_183337
Je dors au camping donc, parce que les nuits à l’hôtel ne sont pas données. 5$ pour une nuit, douche et Wi-Fi compris, et trois nuits maximum pour les PCTistes.

IMG_20180811_192256
J’avais prévu de rester au camping en attendant Carsten (l’allemand avec qui j’ai marché la semaine dernière), mais il m’apprend qu’il est trois ou quatre jours derrière moi. Du coup en discutant avec Yuri et Jean, j’apprends qu’il reprennent le Trail dimanche matin. Sachant que je suis arrivé en ville jeudi soir, ça me laisse deux jours complets de repos, c’est parfait, je pense reprendre le chemin avec eux.

IMG_20180811_194327

Mais samedi soir, toute une organisation se met en place autour du camping, j’apprends qu’il y a une course organisée le lendemain matin ! 5 km, 10 km et semi-marathon ! Forcément j’ai envie de me dégourdir les jambes et je m’en vais trouver les organisateurs pour demander s’il est encore possible de s’inscrire. Le premier me dit que c’est cher, 60$ pour le 5km, 65$ pour le 10 et 95 pour le semi-marathon ! Et le second me dit que c’est complet (2000 coureurs sur l’ensemble des trois distances). J’explique que je randonne sur le PCT depuis presque trois mois mais rien à faire, it’s full.

Comme je cours assez souvent je connais quelques combines pour avoir des dossards, notamment les blessés qui revendent le leur. Je me connecte sur le Facebook de l’événement et la chance est avec moi puisqu’une certaine Leona Tompkins dit être blessée et donne son dossard à qui veut ! J’échange rapidement avec elle et je vais au retrait des dossards, en donnant son nom, on me donne le précieux numéro sans même me demander un justificatif.
Bon j’espérais un dossard pour le 5km ou à la limite le 10, mais c’est pour le semi-marathon. Après 3000km de marche, ça va piquer.

Encore faut-il que je trouve des chaussures puisque je n’ai avec moi que mes bottines de randonnée. Dans une poubelle au camping je trouve d’abord des Altra pointure 48 (je fais du 44,5), c’est grand mais c’est déjà ça (il faut savoir qu’énormément de randonneurs marchent avec des running, et changent souvent de paire, donc on trouve des paires usées facilement).

IMG_20180811_131638

Mais en allant manger en soirée je trouve une paire de New balance en 44,5 ! Il manque un lacet, elles sont trouées et usées mais à ma pointure !

IMG_20180811_132819
Le lendemain matin je suis levé à 6h afin de prendre une navette à 6h45 pour m’emmener vers le départ. Je déjeune avec une banane et une barre de céréale, je mange toujours léger avant de courir. Je suis excité comme un gamin dans un magasin de jouets ! Trois mois que je n’ai pas couru et je me retrouve avec un dossard sur la poitrine. Chaussures trouées, chaussettes de randonnée, montre festina, barbe de trois mois, j’ai un look d’enfer !

Départ de la course à 8h. A l’insu de mon plein gré je me retrouve sur la première ligne. Le parcours commence par la traversée du Bridge of Gods, fermé à la circulation pour l’occasion, c’est absolument magique ! Le pont est entièrement en métal, on voit la rivière s’écouler sous nos pieds, c’est très impressionnant.

Rapidement je me retrouve avec les premières femmes. Je suis avec la quatrième (Heather), on discute un peu, elle me dit viser 1h35 sur ce semi-marathon vallonné, environ 400m de D+ (elle vaut 1h27 sur du plat). Dans ma tête je m’étais dit que j’allais le faire en footing et que terminer serait déjà un exploit, mais bon comme toujours mes jambes veulent jouer. On reste donc ensemble et on remonte progressivement les autres filles. Après 8 miles, on dépasse la première, qui lâche un “damned” de toute beauté !

Après 9 miles mes jambes deviennent dures comme du bois et j’ai des pointes dans les mollets, je lâche quelques mètres. Heather se retourne et me dit, “Hey stay with me! Just look at my back and focus on it!” Elle ajoute quelque chose du style “mes fesses sont pas si moches pour 41 ans”, je suis plié derrière mais j’ai quand même du mal à suivre et à deux miles de la fin je dois lâcher prise. Je sais à ce moment là que je suis dans le top 10, ce qui est incroyable. Je serre les dents et malgré des douleurs partout dans mon corps qui se demande encore ce que je lui impose, je coupe la ligne d’arrivée en 1h33’27, à la neuvième place, sur 891 finishers !

IMG_20180812_110316

Congratulations avec Heather, récupération de la médaille et puis je marche tant bien que mal vers ma tente où je m’écroule pour le reste de la journée. J’ai les cuisses dures comme du bois et des crampes dans les mollets mais globalement le souffle était là après 80 jours de randonnée ça fait plaisir !

Du coup pendant ce temps là, Yuri et Jean sont partis et je décide de rester une nuit supplémentaire au camping pour récupérer, la dernière puisque ça sera ma troisième déjà. Demain matin en fonction de l’état de mes jambes je reprends le chemin pour quelques jours !

J’ai conscience que toi qui lit ce post doit me prendre pour un fou de courir un semi-marathon alors que j’étais à deux doigts d’abandonner sur le chemin, mais après deux jours de repos, je me sentais assez bien pour y aller, et même si je n’en donne pas l’impression, je reste à l’écoute de mon corps.

IMG_20180811_193850

Day 79 : mile 2116 to mile 2144

Dernier réveil sur le PCT ? Je ne sais pas, mais j’ai encore essayé de mettre mon réveil tôt et c’est encore un échec, même si je suis sur le sentier à 7h10 (il y a une petite amélioration).

IMG_20180808_194311
Le chemin prend la direction des crêtes pendant la première moitié de la journée avant d’entamer ensuite une très longue descente vers la petite ville de Cascade Locks qui se trouve seulement à 100m d’altitude ! Le point le plus bas de tout le PCT.

IMG_20180809_083250
Aujourd’hui le ciel est à nouveau légèrement voilé, il y a plusieurs incendies en activité pour le moment dans l’état de Washington.

IMG_20180809_102748
Je pensais avoir une journée pas trop longue, mais un incendie a causé des dégâts sur le sentier et la variante plus courte pour rejoindre la ville (via Eagle Creek pour les anciens PCTistes) est fermée. J’ai donc 4 à 5 miles supplémentaires à parcourir par l’autre voie.

IMG_20180809_115307
Pendant la journée je rencontre “Poney Express”, un américain de Los Angeles qui a fait ses études à l’université libre de Bruxelles ! On passe un très bon moment à discuter tous les deux de la Belgique.

IMG_20180816_184736

Étonnamment mon tendon va plutôt bien aujourd’hui et malgré la longueur de la journée, je ne le sens pas trop. J’arrive finalement à 18h en ville, exténué quand même. A tel point que je me trompe d’hôtel, mais c’est rapidement réglé et je me retrouve sous une bonne douche avant 19h.